La gynécomastie

Cette chirurgie esthétique vise à réduire le volume glandulaire et fibro-adipeux en excès.
L’objectif est d’enlever l’excédent de glande et de graisse (et dans certains cas de peau).

Chirurgie de la silhouette

 

En savoir plus

Chirurgie mammaire

 

En savoir plus
Le principe d'intervention

Le principe d'intervention

On distingue 2 types de gynécomastie :

  • Graisseuse (accessible à une lipo-aspiration)
  • Fibroglandulaire


En général, en cas de forme fobro-glandulaire, une lipo-aspiration peut-être suffisante parfois associée à une incision hémi-aréolaire inférieure pour l’exérèse du noyau rétro-aréolaire. Dans d’autres cas, une incision en forme de T inversé au niveau du sillon sous mammaire et une incision-aréolaire en cas de relâchement cutané associé.

Un bilan pré-opératoire est nécessaire avant l’intervention de chirurgie esthétique associé à un bilan hormonal et parfois une échographie et/ou mammographie. Une anesthésie générale classique est le plus souvent pratiquée. Il faut voir le médecin anesthésiste au plus tard 48 heures avant l’intervention. Une journée d’hospitalisation est généralement suffisante.

S’il n’est réalisé qu’une lipo-aspiration, aucun drainage n’est nécessaire, seul dans les cas de cicatrice en T et sous mammelonaire un drain (redon) est posé. Il est d’usage, afin que le sang ou les secrétions qui peuvent se collecter soient éliminés, qu’un drain (redon) soit le plus souvent laissé en place jusqu’au lendemain de l’intervention. Les fils seront retirés une à deux semaines après l’opération.

Ce type de chirurgie esthétique est généralement peu douloureux.
Après la 24ème heure, le premier pansement est retiré et remplacé par un corset assurant une bonne contention. Les ecchymoses s’estomperont dans un délai de une à deux semaines.

Les complications

La gynécomastie

A la suite d’une chirurgie esthétique, quelle qu’elle soit, il peut survenir certaines complications, les unes inhérentes à l’acte médical et/ou anesthésique, les autres spécifiques à la gynécomastie.

Les bonnes pratiques de sécurité limitent les risques graves mais ne les suppriment pas.

Certains risques, heureusement exceptionnels, peuvent être imprévisibles et mettre en jeu le pronostic vital ou fonctionnel (embolie, paralysie, septicémie ...).
L’anesthésie comporte ses propres complications qui vous seront expliquées lors de l’entretien avec le médecin anesthésiste.

Même si les suites opératoires sont le plus souvent simples, les complications éventuelles liées à une intervention pour gynécomastie sont à connaître:

  • Infection
  • Hematome
  • Evolution défavorable des cicatrices : il est normal que la cicatrice s’épaississe et rougisse les premiers mois. Cet aspect lié à la réaction inflammatoire de toute cicatrisation met douze à dix- huit mois à s’améliorer et à se stabiliser.
    Il arrive que la cicatrice ait une évolution anormale, épaississement ou boursouflure persistant au-delà d’un an. On parle de cicatrices hypertrophiques voire chéloïdes (plus fréquentes sur les peaux noires).
    Celles-ci peuvent survenir de façon imprévisible et peuvent nécessiter un traitement particulier. Il est important de savoir en ce qui concerne les cicatrices en général, qu’elles s’estompent et seront peu visibles, mais ne disparaîtront pas.
  • Récidive (moins de 5% des cas)
  • Nécrose mammelonaire

 

Il convient d’envisager une convalescence d’une semaine et il est déconseillé de pratiquer des activités sportives avant la cicatrisation totale, soit environ un mois après pour l’incision en T.

 

Le résultat est appréciable rapidement mais ne pourra être définitif qu’après un délai de 2 à 3 mois. Ce temps est nécessaire pour la diminution de l’oedème. L’aspect dans le temps est fonction des variations de poids. Celles-ci peuvent survenir de façon imprévisible et peuvent nécessiter un traitement particulier. Il est important de savoir en ce qui concerne les cicatrices en général, qu’elles s’estompent et seront peu visibles, mais ne disparaîtront pas.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requise pour savoir éviter ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant.