Chirurgie esthétique des petites lèvres (nymphoplastie)

La nymphoplastie ou chirurgie de réduction des petites lèvres est une technique visant à diminuer la taille des petites lèvres.

En effet, l’hypertrophie des petites lèvres peut occasionner une sensation d’irritation chez les patientes dans leur vie quotidienne ou lors des relations sexuelles. En outre, le motif de consultation peut-être l’aspect inesthétique ou encore une sensation inconfortable pendant la pratique sportive.

Chirurgie de la silhouette

 

En savoir plus

Chirurgie mammaire

 

En savoir plus
Principe d'intervention

Le principe d'intervention

Le but de l’intervention est de supprimer l’excès de tissu au niveau des petites lèvres tout en redonnant un aspect naturel satisfaisant tant au niveau de ces dernières qu’au niveau vulvaire. Ce geste est réalisable sous anesthésie générale. Une infiltration du site opératoire est pratiquée en fin d’intervention afin de minimiser la douleur post-opératoire. Un bilan pré opératoire est nécessaire avant l’intervention.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris les 10 jours précédant l’intervention. Une journée d’hospitalisation est généralement suffisante Cet acte se pratique en ambulatoire (sortie le jour-même) mais il arrive qu’une hospitalisation de 24 heures soit recommandée et la décision sera prise par le chirurgien en fonction du type d’intervention. Aucun médicament à base d’aspirine n’est à prendre dans les 10 jours précédant l’intervention.

 

L’intervention proprement dite :

Durée de l’intervention: 30 mn à 3 heures en fonction du nombre de sites opératoires. Aucun drainage n’est nécessaire. Les fils seront le plus souvent résorbables.

La technique
Plusieurs possibilités:

  • Réduction aboutissant à des cicatrices longitudinales.
  • Réduction selon un dessin en forme de lettre lambda ou L.
Suites opératoires

Les suites opératoires

En fin d’intervention, des points de suture résorbables sont mis au niveau de chaque incision. Le séjour en clinique dure de quelques heures à 1 jour. Il faut prévoir un arrêt de travail de 2 à 10 jours. Vous ressentirez une sensation de tiraillements au niveau des zones traitées. Celle-ci sera bien atténuée par de simples antalgiques la première semaine. Vous pouvez voir également apparaître des ecchymoses et des oedèmes des zones traitées, qui diminueront nettement ensuite. Le résultat définitif et stable sera obtenu au bout d’un mois. Le port de vêtements amples ou de jupes ainsi que des sous-vêtement en coton est préférables dans les 15 premiers jours. Il est très important d’éviter au maximum tout phénomène de macération : il faut bien sécher (désinfection puis séche-cheveux) après la douche quotidienne et après chaque miction urinaire.

Une activité sexuelle est envisageable 1 mois après l’intervention.

Complications éventuelles

Les complications

A la suite d’une opération, quelle qu’elle soit, il peut survenir certaines complications, les unes inhérentes à l’acte médical et/ou anesthésique, les autres spécifiques à la nymphoplastie.

Les bonnes pratiques de sécurité limitent les risques graves mais ne les suppriment pas.

Certains risques, heureusement exceptionnels, peuvent être imprévisibles et mettre en jeu le pronostic vital ou fonctionnel (embolie, paralysie, septicémie ...). L’anesthésie comporte ses propres complications qui vous seront expliquées lors de l’entretien avec le médecin anesthésiste.

Les risques spécifiques à la nymphoplastie :

  • Infection : prévenue par une hygiène adaptée et des soins locaux de désinfection quotidiens.
  • Saignements minimes et hématomes : rare
  • Désunion cicatricielle : ou réouverture partielle de la cicatrice. Souvent corrélée à la macération.
  • Troubles de la sensibilité : Diminution de la sensibilité, douleurs ou sensation de gêne persistante pendant ou en dehors des rapports sexuels sont possibles mais le plus souvent spontanément résolutifs.